Selon un célèbre média charentais, un homme de 43 ans aurait été tué dans un appartement situé dans le Vieux-Cognac, en Charente. Le corps de la victime a été retrouvé et le parquet saisi de l’affaire. Le meurtre a largement fait parler de lui dans la presse, tant les circonstances dans lesquelles il a été commis sont notables. Après avoir été séquestré et torturé pendant plusieurs jours, l’homme a été tué. Les images de ces nombreuses scènes ont été photographiées et filmées, puis diffusées sur Internet, ce qui a permis aux policiers de commencer leur enquête.

L’homme tué en Charente avait été attiré par les réseaux sociaux

L’enquête semblerait mener sur une piste quelque peu inquiétante. Selon elle, l’homme de 43 ans qui a été assassiné à Cognac, en Charente, aurait été mené vers l’appartement fatal par le biais des réseaux sociaux. Une fois sur place, ce dernier aurait été retenu, rué de coups, torturé, humilié puis finalement tué.

Parmi les suspects, une personne a été mise en examen ce jeudi. La femme de 38 ans, locataire de l’appartement, sera poursuivie par le parquet d’Angoulême. L’infraction a été qualifiée par le Procureur de la République comme homicide involontaire, précédé, accompagné ou suivi d’actes de torture et de barbarie.

Deux autres mises en examen ont également été effectuées par le parquet. Il s’agit d’un homme de 40 ans et d’une femme de 31 ans qui étaient en couple. Ces derniers auraient été mis au courant des intentions de l’auteur de l’infraction, et seront donc poursuivis pour non-dénonciation de crime.

Le parquet communiquera sur l’affaire la semaine prochaine en Charente

Il faut dire que la presse s’est tout de suite saisie de cet homicide quelque peu original. Le parquet devrait s’exprimer sur l’affaire à travers une communication programmée en début de semaine, probablement lundi après midi. Il faut dire que l’homme de 43 ans tué à Cognac, avait subi de nombreuses humiliations, mutilations ainsi que d’autres mésaventures d’ordre sexuel durant deux jours.

Une agression filmée et photographiée, puis diffusée sur le Net

L’agresseur aurait filmé et photographié la scène de torture ainsi que le meurtre du quadragénaire. Ces nombreuses images ont été diffusées sur Internet, ce qui a permis d’alerter les forces de l’ordre et de nourrir le début de l’enquête, puisque l’appartement au sein duquel les actes de torture ont eu lieu a été retrouvé.

La femme de 38 ans mise en examen pour homicide volontaire est par ailleurs la locataire de l’appartement. La découverte du corps aurait également fait avancer l’enquête. Le juge d’instruction de Limoges a été saisi dans le cadre d’une information judiciaire, et l’enquête est confiée au SRPJ.

Des actes de torture et de barbarie à Cognac commis au début du mois d’avril

Si les faits remontent au début du mois d’avril, plus exactement entre le 5 et le 9 avril, l’enquête connait un important rebondissement puisque les policiers du SRPJ de Limoges viennent de découvrir le corps de l’homme de 42 ans. L’enquête est donc largement ravivée et a permis de placer les trois suspects en garde à vue.

Une vigilance à toujours conserver sur les réseaux sociaux

Cette affaire n’est pas sans rappeler qu’il est nécessaire de toujours rester vigilant sur les réseaux sociaux. Si on a l’habitude de penser que les règles de sécurité de base ne concernent que les enfants et les adolescents, lesquels sont sans doute les plus vulnérables sur Internet, il ne fait nul doute que dans cette affaire, le contact a pris une toute autre tournure.

L’affaire concerne un homme de 42 ans, et d’autres individus chez lesquels la trentaine est largement dépassée. On pouvait donc s’attendre à ce qu’après une rencontre effectuée sur les réseaux sociaux, ainsi que quelques mails échangés, les adultes pouvaient se rencontrer au cours d’une après midi ou d’une soirée.

On était ainsi loin d’imaginer que l’homme pouvait se faire kidnapper et torturer jusqu’à ce que mort s’en suive. Il convient donc de veiller à toujours respecter certaines règles de sécurité sur les réseaux sociaux.

Comment rencontrer des tiers en sécurité sur les réseaux sociaux ?

S’il n’est pas interdit de contacter d’autres personnes via les réseaux sociaux et d’organiser des rencontres, il est nécessaire de veiller à respecter certaines règles de sécurité élémentaires. Prudence donc avant d’utiliser votre Freebox pour faire des rencontres sur Facebook.

Ainsi, un profil disponible sur les réseaux sociaux ne doit pas dévoiler trop d’éléments sur la vie privée d’un individu. Il est par ailleurs conseillé de rencontrer les tiers plusieurs fois dans un lieu public avant de privatiser l’entretien, ce qui permet d’éviter de possibles désagréments, bien que cela ne constitue encore pas une garantie absolue de sécurité.

L’expérience de cet homme de 42 ans permettra au moins de rappeler à tous que les rencontres peuvent cacher de nombreux points négatifs, et qu’il convient toujours de se méfier des autres.

Charente : un homme torturé et assassiné