Innovation : comment se faire financer ?

Innovation : comment se faire financer ?

Dans la course à l’innovation, la France mise sur des financements pour booster les entreprises, les start-ups, les PME, les TPE et les ETI pour en devenir les principaux acteurs. Quel que soit votre secteur d’activité, il existe divers moyens pour financer vos projets. Aides publiques ou privées, des fonds sont mobilisés afin de soutenir les idées les plus riches et les plus innovantes. Qu’est-ce qu’un financement de l’innovation ? Comment faire pour en bénéficier ? Vers quelle structure se tourner pour décrocher ce financement ? Nous vous éclairons sur toutes ces questions.

Que sait-on concrètement du financement de l’innovation ?

D’après l’OCDE, plus concrètement le Manuel d’Oslo, il existe 4 types d’innovation bien distincts. En premier lieu, il y a l’innovation de produit qui consiste à créer un nouveau bien avec l’introduction d’un service adapté. Ensuite, l’innovation de procédé qui implique une nouvelle méthode de production ou légèrement revisitée. Enfin, les plus courantes sont les innovations de commercialisation et celles d’organisation. Ces dernières sont observables au niveau des entreprises et de leurs relations. En d’autres termes, l’innovation ne relève pas uniquement du volet technologique ou de la fameuse branche de la recherche et développement (R&D). Elle touche aussi l’ensemble du process dans les secteurs de la vente, du marketing, de la production et tant d’autres.

Pour concrétiser un projet d’innovation, un accompagnement peut s’avérer nécessaire. Des cabinets spécialisés proposent leur service pour permettre aux acteurs du développement de mener à bien leur mission. C’est le cas des structures comme ADOCIS qui suggèrent des solutions à leurs clients, dont le financement de l’innovation. Dans son sens le plus large, le financement de l’innovation se définit comme une opportunité financière, matérielle ou fiscale de voir un projet innovant se concrétiser. Des fonds sont injectés pour permettre aux entreprises de s’épanouir et devenir une licorne (start-up à succès) dans le pays.

C’est d’ailleurs le but que s’est fixé le gouvernement français. Aider les groupes à s’imposer sur l’échiquier international en réalisant un CA supérieur à un milliard d’euros grâce à leurs innovations. Toutefois, l’expertise d’un cabinet de conseil en financement de l’innovation est souvent requise pour atteindre les objectifs fixés et bénéficier des financements adaptés.

Quels sont les financements possibles de l’innovation ?

Il existe diverses manières de financer une innovation. C’est pourquoi les aides à l’innovation sont également multiples. Voici les financements les plus connus pour concrétiser les projets d’entreprise novateurs.

logo adocis

Exonération fiscale

Des aides fiscales permettent de financer un projet d’innovation pour les entreprises, les PME/TPE ainsi que les start-ups. C’est le cas du CIR ou crédit d’impôt recherche. Ce coup de pouce est dédié aux innovations R&D. Il est accessible à tous types d’entreprises issues de tous secteurs confondus. Quant à son fonctionnement, il est simple à comprendre. L’organisme détenteur du projet bénéficie du CIR à partir d’une déduction de ses impôts. Cette optimisation fiscale est bien évidemment soumise à des conditions. Référez-vous au guide CIR pour en connaître les détails.

Ensuite, il y a le CII ou crédit d’impôt innovation. Il touche les innovations présentées comme la création d’un produit ou d’un bien incorporel ou non, encore inexistant.

Enfin, il y a le statut de jeune entreprise innovante ou JEI qui permet d’obtenir des aides fiscales. Les PME éligibles bénéficient d’une exonération fiscale considérable et notamment d’une exonération sur la cotisation patronale. Cette dernière concerne les sociétés qui prennent part aux activités de recherche. Ce coup de pouce offre un allègement non négligeable des charges patronales.

Levées de fonds

Vos projets d’innovation sont une opportunité pour les fonds d’investissement. Si vous cherchez à les financer, les levées de fonds font partie des alternatives les plus connues. La levée peut se faire à tout moment, quel que soit l’âge ou l’expérience de votre entreprise dans votre domaine. Ce procédé ouvre des droits sur votre capital aux investisseurs. Cette opportunité est la contrepartie de leur apport en numéraire.

La levée de fonds doit être repensée avant de s’y engager. En effet, elle a pour conséquence une dilution notable de vos actions dans l’entreprise. Cette aide reste néanmoins facile à évaluer et plus accessible aux start-ups qui ont de faibles chances d’obtenir des prêts.

Prêts et avances

Des établissements financiers mettent à disposition des entreprises des fonds pour soutenir leurs projets d’innovation. BpiFrance figure parmi les banques chez qui les professionnels peuvent bénéficier d’un prêt d’amorçage. Ce dernier sert souvent à mettre en place une levée de fonds mais pas que. Cependant, il y existe également le prêt innovation destiné à financer la concrétisation d’un projet industriel et/ou commercial. Divers contrats sont également disponibles pour soutenir les initiatives de développement et d’innovation d’un groupe.

Subventions

En fonction de votre secteur d’activité, vous pouvez bénéficier de subventions sectorielles destinées à soutenir l’innovation. Il existe également des subventions spécifiques pour chaque localité notamment au niveau régional. Ces aides sont un vrai coup de pouce aux entreprises locales en vue de promouvoir l’émergence des territoires.

À noter que d’autres types de subventions existent à l’image de la bourse French Tech destinée aux entreprises, PME/TPE et start-ups en phase de lancement. C’est aussi le cas de l’AFI ou aide pour la faisabilité de l’innovation si vous pensez que votre projet a été étudié de près et qu’il est assez mature pour avancer en profondeur.

Les critères pour bénéficier d’un financement à l’innovation

Tout un chacun veut devenir acteur de l’innovation et bénéficier d’un financement adéquat. Cependant, tous les porteurs de projet ne sont pas éligibles à une aide ou un financement d’ordre public ou privé. Cette éligibilité au financement de l’innovation dépend en partie de sa nature, entre autres si elle entre dans les 4 catégories d’innovation définies par l’OCDE. Ensuite, d’autres critères importants sont à prendre en considération comme :

  • La faisabilité du projet d’innovation : ce volet d’ordre technique repose en partie sur une étude rigoureuse de la réalisation de chaque aspect du projet. Il s’agit ici de sa pertinence et des démarches entreprises. Plus votre projet est mature, plus votre idée a des chances d’attirer les investisseurs.
  • La maturité de l’entreprise selon le type de subvention : les aides financières auxquelles des entreprises matures peuvent prétendre sont notamment les prêts et avances récupérables. Pour les jeunes pousses, il est préférable de se tourner vers des levées de fonds, des subventions ou encore des exonérations fiscales. Le type de financement dépend en partie de l’entreprise et de l’innovation qu’elle souhaite apporter.

Laisser un commentaire