Le rôle central de la norme BPMN 2.0 dans la modélisation des processus

Le rôle central de la norme BPMN 2.0 dans la modélisation des processus

Vous entendez souvent parler de la norme BPMN sans pour autant savoir de quoi il s’agit ? Mieux, on vous parle de BPMN 2.0. Ce terme qui vous est étranger ou peu accessible ? Voici tout ce que vous devez savoir à propos de cette norme.

La norme BPMN 2.0, c’est quoi ?

Le Business Process Model and Notation ou Modèle de Procédé d’Affaires et Notation en français est une méthode de modélisation des processus d’affaires, qui permet de décrire non seulement les chaînes de valeur, mais aussi les activités métier d’une organisation, sous la forme de représentations graphiques. Elle s’apparente à un organigramme qui définit de A à Z toutes les étapes d’un processus métier.

La norme BPMN 2.0 (Business Process Model and Notation), qui est la version actuelle du BPMN, date de 2013 et est une norme ISO depuis la même année. Au départ, le Business Process Model and Notation avait été développé par le Business Process Management Institute (BPMI).

Il a été par la suite maintenu en place par l’Object Management Group (OMG), après la fusion des deux consortiums. Il constitue l’élément principal de la gestion des processus métiers, permettant de représenter de façon schématique une séquence détaillée des activités commerciales et des flux d’informations utiles à la réalisation d’un processus.

Quels sont les principes et le rôle du BPMN 2.0 ?

Un processus est une séquence d’activités reliées entre elles par des liens de diverses natures, et disposant d’aiguillages afin de représenter les différentes possibilités permettant le traitement d’un sujet. Il y a quelques années, la représentation d’un processus était connue de tous. Mais lorsque vient le moment où se fait sentir la nécessité de parler un même langage pour comprendre un dessin, des difficultés commencent à se présenter. Plus le nombre d’interlocuteurs et d’organisations appelés à communiquer sur la question est élevé, plus le problème prend de l’ampleur.

BPMN

C’est dans la logique d’apporter une solution à ces difficultés qu’intervient la norme BPMN 2.0, afin de mettre en place une définition standard des concepts utilisés dans les processus. Pour chaque type d’objet, elle propose alors une représentation, diverses variations pour donner une idée du comportement attendu.

De cette manière, l’existence d’une tâche paraît alors évidente, et elle peut être peaufinée en tâche utilisateur, tâche d’envoi de message, de script ou de service. Les événements et les passerelles subissent le même procédé. Ainsi, la norme BPMN 2.0 devient le langage commun à toutes les parties qui interviennent dans un processus, incluant aussi bien le manager que le développeur.

Nous notons cependant que le périmètre du BPMN 2.0 va bien au-delà de l’aspect graphique, étant donné que pour chaque objet, les attributs précis sont normalisés. Avec ces facteurs bien intégrés, les espérances par rapport à un processus sont bien connues et sans points d’ombre. Le périmètre du BPMN 2.0 est donc non seulement large et complet, mais il favorise aussi le passage de l’idée à un résultat compréhensible pour tous : humains et machines.

Laisser un commentaire