L’éco-prêt à Taux Zéro, aussi appelé éco-PTZ, vous permet de financer une partie des travaux dans votre logement, au nom de la transition écologique. Ce prêt, qui peut aller jusqu’à 30 000 euros, ne vous coûtera donc aucun intérêt en retour. Vous serez peut-être intéressé par ce coup de pouce de l’État pour vous permettre de réaliser les travaux nécessaires à une meilleure gestion énergétique de votre logement. Nous allons vous expliquer ici quelles sont les conditions d’obtention de ce prêt, quels types de travaux y sont éligibles et les dernières modifications apportées à ce dispositif. Vous trouverez ainsi toutes les informations essentielles en tant que particulier sur l’éco-prêt à taux zéro avec les changements survenus le 1er juillet 2019.

A qui s’adresse l’éco-prêt à taux zéro individuel ?

L’éco-PTZ individuel s’adresse uniquement aux propriétaires ou copropriétaires d’un logement. En effet, dans le cadre d’une copropriété, le syndicat de copropriétaires ne peut pas en être le bénéficiaire. Il existe un éco-PTZ collectif spécialement destiné aux copropriétés. Ainsi, que vous soyez propriétaire ou copropriétaire, bailleur ou occupant, vous pouvez bénéficier pour votre immeuble ou maison de ce dispositif. La nouvelle date limite pour le financement de vos travaux a été repoussée jusqu’en 2021. Si vous êtes propriétaire et que vous avez déjà souscrit un premier éco-prêt à taux zéro, sachez que vous pouvez en contracter un second sous certaines conditions (délai de cinq ans maximum après le premier prêt, vous devez attester du remboursement du premier prêt et la somme des deux doit être de 30 000 euros maximum).

Quels sont les travaux concernés par l’éco-prêt à taux zéro ?

Les modifications apportées en juillet 2019

Début juillet 2019, l’éco-prêt à taux zéro a subi quelques modifications, qui permettent principalement d’élargir son champs d’action. Ainsi, l’éco-PTZ peut maintenant être souscrit pour des logements achevés depuis plus de deux ans, ainsi que pour les travaux d’isolation des bas planchers qui jusque là en étaient exclus. Afin d’uniformiser les différents prêts accordés avec ce dispositif, la durée d’emprunt a été repoussée à 15 ans pour tous les types de travaux. Pour rappel, si vous avez déjà eu recours à un premier éco-PTZ, vous pouvez, depuis le 1er juillet 2019, en souscrire un second dans un délai de 5 ans, selon les conditions expliquées précédemment.

Les travaux toujours inclus dans l’éco PTZ

Pensé pour permettre à tous de réduire la facture énergétique de son logement, l’éco-prêt à taux zéro ne finance que les travaux jugés allant dans le sens d’une rénovation énergétique. Ainsi, sont inclus les travaux d’isolation thermique lorsqu’ils concernent la toiture et les murs, portes et fenêtres donnant sur l’extérieur. Le tout visant à éviter les variations thermiques et pertes d’énergie entre l’intérieur et l’extérieur de votre logement. L’isolation des planchers bas est également financée depuis juillet 2019. L’autre catégorie de travaux pris en compte par l’éco-prêt à taux zéro concerne les systèmes de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire.

Si vous souhaitez installer des équipements qui permettent d’utiliser des énergies renouvelables pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, sachez qu’ils sont inclus dans le dispositif. De la même façon, si vous voulez simplement remplacer vos systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude afin de réaliser des économies d’énergie, c’est également possible de le financer avec l’éco-PTZ.

En bref, l’éco prêt à taux zéro en 2019, c’est :

  • Pour les propriétaires ;
  • Pour 30 000 euros maximum ;
  • Pour des travaux spécifiques qui permettent des économies d’énergie (isolations extérieures, système de chauffage, système de production d’eau chaude sanitaire).

Christelle

Pouvez-vous bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro individuel en 2019 ?